Comment financer une formation pour évoluer ou changer d’emploi ?

Se reconvertir ou évoluer nécessite souvent de passer par la case formation pour développer de nouvelles compétences. Or les formations peuvent s’avérer coûteuses quand il s’agit de parcours d’une ou plusieurs années. Souvent on ignore que de nombreux dispositifs de financement de la formation professionnelle existe en France. Voici un tour d’horizon de diverses solutions.

Financer sa formation avec le Compte Personnel de Formation (CPF)

Il s’agit d’un budget dont dispose tous les salariés dès leur entrée dans la vie active. Il est alimenté par les cotisations des entreprises à raison de 500€ par an. Les salariés sans diplôme, quant à eux, bénéficient de 800€ par an. Depuis cette année, les demandeurs d’emploi comme les salariés peuvent disposer de leur compte CPF pour financer une formation.

Le compte CPF, accessible depuis le site moncompteformation.gouv.fr, est d’un usage très simple. Après l’ouverture de son compte personnel à l’aide de son numéro de sécurité sociale, chacun peut découvrir son budget. Il est à compléter de ses heures de DIF (Droit Individuel à la Formation). Un compteur plein fait état d’un budget d’environ 3900€.

Un moteur de recherche permet de sélectionner des formations et d’en consulter le programme. Une fois le choix réalisé, il suffit de s’inscrire pour recevoir une proposition de l’organisme de formation. Si celle-ci est conforme à vos attentes, il ne vous reste qu’à la valider pour engager votre budget CPF.

Pour en savoir plus sur le compte personnel de formation, consultez notre FAQ et lisez notre article « Le CPF et la cagnotte oubliée »

Le financement d’un projet de transition professionnelle

Un projet de transition professionnelle est un projet d’évolution ou de reconversion professionnelle. Le budget alloué aux projets de transition professionnelle est géré par les Transition Pro régionaux en remplacement des Fongécif depuis 2020. Ce budget, nommé CPF de transition, est réservé aux salariés. Les demandeurs d’emploi bénéficient, eux, d’autres modes de financement. Le CPF de transition est dédié à la prise en charge financière du coût de la formation ainsi que du salaire de l’employé pendant sa période d’absence.

Quels types de formations peuvent être financées ?

Seules les formations inscrites au RNCP (éligibles au CPF) ou au RSCH (Répertoire spécifique des certifications et habilitations) sont finançables par Transition Pro. Il s’agit généralement de formations certifiantes, qualifiantes ou diplômantes référencées sur le site moncompteformation.gouv.fr. Transition finance des formations d’une durée de plusieurs mois qui doivent permettre d’accéder à une évolution professionnelle ou permettre de changer de métier.

Public concerné par le financement du CPF de transition

– Salariés en CDI ayant au moins 24 mois d’ancienneté (il faut entendre expérience professionnelle) dont 12 mois d’expérience dans la même entreprise. (sauf bénéficiaires OETH, licencié pour motif éco ou inaptitude)

– Salariés en CDD justifiant de 24 mois d’activité au cours des 5 dernières années dont 4 mois au cours des 12 derniers mois.

– Publics spécifiques en fonction des priorités de chaque région : voir Transitions Pro régionaux.

– Les demandeurs d’emploi ne sont pas concernés.

Critères nationaux de priorité de financement

Les salariés prioritaires sont :

– Ouvrier(e) ou employé(e) d’un niveau de formation inférieur ou égal au CAP

– Reconnu(e) inapte et/ou ayant engagé un processus de reconnaissance d’inaptitude à l’emploi

– Exerçant dans une entreprise de moins de 50 salariés.

Projets de transition professionnelle prioritaires

– Projet dont la durée n’excède pas 1 an calendaire s’il s’agit d’une formation en continu et à temps plein

– Projets dont la durée n’excède pas 1200 heures s’il s’agit d’une formation en discontinu et/ou à temps partiel

– Projet qui intègre une formation certifiante (structurée autour d’un ou plusieurs blocs de compétences) permettant d’acquérir l’ensemble de la certification professionnelle RNCP

– Projet proposant une ingénierie spécifique de formation ou de parcours (parcours personnalisé)

– Projet intégrant un parcours de formation incluant un cofinancement

Avoir un projet réaliste

Les services transitions Pro régionaux sont attentifs au réalisme du projet de transition professionnelle présenté. Le financement de la formation est conditionné par l’assurance d’un marché de l’emploi favorable. Il s’agira donc d’élaborer un projet professionnel visant l’accès à un métier porteur.

Les étapes pour financer son projet de transition professionnelle

  1. Choix de la formation
  2. Positionnement par l’organisme de formation (évaluation des compétences)
  3. Établissement d’un document présentant les acquis et un parcours de formation personnalisé
  4. Demande d’autorisation d’absence à l’employeur au moins 120 jours avant le démarrage de la formation si elle est d’une durée supérieure ou égale à 6 mois et au moins 60 jours si la formation est d’une durée inférieure à 6 mois. L’employeur a la possibilité de repousser le départ de 9 mois.
  5. Présentation du projet de transition professionnelle au Transition Pro régional au moins 3 mois avant le démarrage de la formation pour les salariés en CDI, 2 mois pour les salariés en CDD

Est-il possible de financer une formation en totalité ?

En cas d’accord de financement, Transition Pro prend en charge :

– Les coûts pédagogiques de formation et annexes (frais de transport, d’hébergement, de repas,…) en complément du CPF

– Le remboursement du salaire ou d’une partie du salaire à l’employeur en fonction d’un barème :

  • 100% pour les salaires inférieurs à 2 X SMIC
  • 90% si salaire supérieur à 2 X SMIC pour les formations d’un an ou 1200h
  • 60% pour les années suivantes

Comment financer sa formation dans le cadre d’un projet de transition professionnelle ?

La demande de financement nécessite la rédaction d’une lettre de motivation documentée. Seuls les projets réalistes sont retenus. C’est pourquoi, pour mettre toutes les chances de son côté d’obtenir ce type de financement, il est utile de faire un bilan de compétences en amont. La lettre de motivation sera alors rédigée avec l’aide de son consultant et s’appuiera sur le travail d’investigation réalisé pendant le bilan de compétences.

Le financement d’une formation professionnelle par la région

Les régions financent la formation des demandeurs d’emploi en fonction des besoins en compétences. Les demandeurs d’emploi peuvent en consulter la liste dans leur espace Pôle emploi. Le site du Carif Oref répertorie également les formations finançables par les régions : https://reseau.intercariforef.org/formations/recherche-formations.html

Financer sa formation grâce à Pôle emploi

Les demandeurs d’emploi peuvent obtenir un financement de Pôle Emploi en complément de leur CPF (Compte Personnel de Formation). Il n’est pas accordé systématiquement. Le projet nécessite d’être argumenté.

Les demandeurs d’emploi en Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP) ayant subi un licenciement économique disposent d’un budget particulier pour leur formation. Il est constitué de contributions de leur ancien employeur. Ces demandeurs d’emploi sont suivis par un conseiller Pôle Emploi d’une cellule CSP ou par un prestataire de Pôle Emploi (Tingari, Anvéol, LHH…). C’est ce conseiller qui examine le projet de formation et constitue le dossier de financement.

Obtenir un financement par son employeur

  • Dans le cadre du Plan de développement des compétences

Il est possible de financer sa formation en totalité ou en partie grâce à son employeur. Il suffit d’en faire la demande. A son tour, l’employeur peut demander à son OPCO (Opérateur de compétences) une prise en charge des coûts de formation. Elle est souvent accordée aux TPE et PME. Bien sûr, pour que votre employeur accepte votre demande il faut que votre projet intéresse l’entreprise : projet d’évolution ou projet facilitant le départ si un départ est souhaité.

  • Dans le cadre d’un Plan de Départ Volontaire (PDV) ou d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE)

Un accord d’entreprise dans le cadre d’un PDV ou d’un PSE prévoit généralement le financement de formations permettant aux salariés de retrouver un emploi ou de se reconvertir. Chaque accord est différent. Pour connaître les montants de prise en charge et les modalités, il faut consulter l’accord.

Financer sa formation avec le concours d’un Fonds d’Assurance Formation

Les chefs d’entreprise et les professions libérales cotisent pour leur formation auprès d’un Fonds d’Assurance Formation tel que l’AGEFICE, FIF PL ou VIVEA (domaine agricole). En retour ils bénéficient d’une prise en charge du coût de leur formation. Les montants des prises en charge dépendent des priorités décidées chaque année par le conseil d’administration du fonds. Elles sont consultables sur les sites internet des fonds d’assurance formation ou sur demande de l’entrepreneur.

Le financement du Fonds National de l’Emploi (FNE)

Il s’agit d’une « mesure Covid » destinée aux salariés placés en activité partielle ou en activité partielle de longue durée. Le montant du financement de la formation (y compris un bilan de compétences) est plafonné à 6000€ par salarié. Le montant de la prise en charge a été réduite au 1er novembre :

– 70% du coût de la formation pour les salariés en activité partielle

– 80% du coût de la formation pour les salariés en activité partielle de longue durée (APLD) dont la durée est au maximum de 24 mois. Plus d’infos sur l’APLD : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042169955/

Parmi les opérateurs de compétences (OPCO) AKTO complète la prise en charge de l’Etat pour un financement des formations à 100%, pour les dossiers déposés avant le 31 décembre.

C’est l’employeur qui monte le dossier avec son OPCO. Par conséquent le FNE ne concerne que les salariés qui acceptent d’informer leur employeur de leur projet. Cette mesure est exceptionnelle et transitoire est un moyen pour opérer une reconversion et changer de secteur d’activité.

Faire financer sa formation par l’AGEFIPH

Le concours de l’AGEFIPH est réservé aux salariés en situation de handicap ayant obtenu la reconnaissance RQTH. Bien que ce ne soit pas son axe principal d’intervention, l’AGEFIPH finance ou co-finance certaines formations.

Faire financer sa formation par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM)

La CPAM dispose d’un petit budget pour financer les projets de formation ou de bilans de compétences des personnes en arrêt maladie identifiées par la cellule Prévention de Désinsertion Professionnelle (PDP). Sont concernés par ce mode de financement les assurés qui ne disposent pas d’autres budgets. D’autres modes de financement de formation sont donc à rechercher en premier lieu.

Avant de prendre la décision d’engager des démarches et un budget pour financer une formation, vous avez peut-être besoin de vérifier que votre projet est réaliste. Dans ce cas, nous vous recommandons de faire un bilan de compétences. Consulter nos offres.

Partager sur