Évolution du marché du travail fin 2020 : quel métier choisir pour sa reconversion ?

Des métiers essentiels

Vous êtes nombreux à devoir changer de métier car vous exercez dans un secteur tel que l’aéronautique, le tourisme, l’évènementiel, la restauration ou le commerce, durement touchés par la crise. Vous vous questionnez à juste titre sur les secteurs et les métiers porteurs pour l’avenir. Le marché de l’emploi a en effet été bouleversé de manière brutale et il est important de s’appuyer sur des données fiables pour avoir l’assurance de retrouver un emploi durable. Comme nous avons à cœur d’aider nos clients à bâtir des projets professionnels réalistes, nous nous appuyons sur les études du marché de l’emploi réalisées par notre partenaire SVP. A la rentrée 2020, nous lui avons demandé de nous apporter un éclairage sur les tendances du marché du travail (lisez également notre article « Tendances du marché du travail après le confinement : quel métier choisir ?)

Les secteurs et les métiers les plus touchés par le confinement sont-ils à éviter ?

Durant le 1er et le 2ème confinement certaines entreprises ont dû cesser leur activité du fait d’une interdiction d’accueil du public imposée par décret. D’autres organismes ont vu par ricochet leur volume de commandes décroitre.

Les secteurs ayant subi un arrêt de leur activité ou une forte baisse pendant le confinement sont :

Cessation de l’activité :

  • Aéronautique
  • Hôtellerie Restauration
  • Culture, art
  • Sport
  • Évènementiel
  • Services aux particuliers : coiffeurs, esthéticiens, assistantes maternelles, personnel de ménage…

 Ralentissement de l’activité :

  • Industrie
  • Artisanat
  • BTP
  • Services aux entreprises (fournisseurs des secteurs en cessation d’activité)
  • Transport de personnes et de marchandises

 Ainsi les professionnels les plus touchés par le confinement et placés en activité partielle sont :

  • Coiffeurs et esthéticiens
  • Professionnels des arts et spectacles
  • Métiers de l’hôtellerie-restauration et du tourisme
  • Ouvriers de l’industrie aéronautique et automobile
  • Ouvriers du BTP
  • Personnels de ménage (particuliers)
  • Employés en informatique (pas d’installation sur sites)
  • Manutentionnaires (cessation des contrats temporaires)

Parce que plus souple, le 2ème confinement a permis aux ouvriers du BTP de reprendre le travail. En revanche, les salariés des métiers du commerce « non essentiel », du spectacle et de l’hôtellerie-restauration ont de nouveau été placés en activité partielle. La pérennité des entreprises de ces secteurs est menacée quand les aides de l’État sont insuffisantes pour faire face au poids des charges.

La perspective d’une fin de confinement et d’un retour à la vie normale que suggère les avancées des laboratoires pharmaceutiques en matière de vaccin, permettent-ils d’envisager un retour à la normale pour ces secteurs ? Selon les experts, la reprise de l’activité serait très progressive pour le secteur de l’aéronautique. Le trafic aérien n’atteindrait pas son volume précédent le Covid avant plusieurs années … voire jamais. En effet, la crise sanitaire pourrait être l’occasion pour les gouvernements de mettre en place des moyens de locomotion moins polluants. L’aéronautique n’est donc pas un secteur à envisager à court terme pour une reconversion.

On peut en revanche espérer que les secteurs des loisirs et du commerce reprennent rapidement une activité normale, pour peu que les consommateurs n’aient pas trouvé d’autres moyens de se divertir ou d’acheter. C’est pourquoi il parait judicieux de suivre l’évolution des habitudes de consommation en 2021 avant de s’engager dans ces secteurs.

Faut-il envisager les métiers « essentiels » pour une reconversion durable ?

La crise sanitaire a mis en exergue des métiers jusque là peu valorisés. Les professionnels concernés sont devenus essentiels à notre vie, voire notre survie. La bonne nouvelle pour les femmes est que ce sont essentiellement des métiers qu’elles choisissent : aider les autres, les soigner. Voici la liste des secteurs dit « essentiels », dans l’ordre d’importance :

  • Santé, médico-social

Les professionnels de santé se sont avérés en trop petit nombre pour faire face à la vague de malades du Covid. Il est aussi devenu primordial de se soigner car les personnes en mauvaise santé sont les plus touchées par le coronavirus. Les vocations vers les métiers d’infirmiers ou d’aides-soignants étant déjà insuffisantes avant la crise, on peut supposer que la pénurie perdurera quelques années. Si vous êtes attirés par le secteur de la santé, n’hésitez donc pas à vous lancer.

  • Éducation / Formation

Dans le contexte d’une économie en forte mutation il est devenu essentiel de se former pour s’adapter. De plus, les écoles, les universités et les organismes de formation mènent des chantiers de digitalisation d’ampleur qui nécessitent des ressources pédagogiques et techniques (informaticiens). Si vous êtes intéressés par les métiers de l’éducation, les postes à pouvoir de professeurs et de professeurs des écoles qui étaient déjà nombreux, le resteront encore quelque temps. Il y a fort à parier que cette situation perdurera encore longtemps car la présence des enfants en classe s’avère indispensable pour éviter le décrochage scolaire mais aussi pour permettre aux parents de travailler. Si vous optez pour la formation des adultes, attention au choix du domaine.

  • Propreté

La lutte contre la propagation du virus a conduit à la mise en place de procédures de nettoyage plus complexes et plus longues. Un agent de nettoyage est devenu un véritable technicien devant posséder des connaissances développées en matière d’hygiène. Le métier évolue, se professionnalise. De belles carrières sont à envisager pour les moins qualifiés, notamment dans l’encadrement, dans un secteur qui souffrait déjà d’un manque de candidatures.

  • Banque-assurance

Malgré une restructuration de ce secteur, les grandes enseignes qui peinaient à recruter avant le Covid ont maintenu leur activité et cherchent à embaucher.

  • Agro-alimentaire

On note un engouement des consommateurs pour les commerces de proximité et ceux proposant des produits de qualité. A l’inverse les grandes surfaces sont boudées et les difficultés économiques commencent à peser sur les géants de la distribution. Il faudra donc préférer les enseignes montantes du bio ou les métiers de bouche, plutôt que les carrières dans la grande distribution.

  • Distribution spécialisée en bricolage et aménagement de la maison

Ces enseignes ont vu leur chiffre d’affaires s’envoler à la fin du 1er confinement. Les français ont donné la priorité à l’embellissement de leur lieu de vie. L’évolution de ce secteur est à surveiller avant de s’y engager. L’avenir nous dira si cet engouement est durable.

  • Informatique

Le secteur informatique a le vent en poupe depuis que les premiers ordinateurs ont vu le jour. Mais la nécessité de mettre en place le télétravail a accéléré le mouvement. Les métiers de l’informatique sont très porteurs et le resteront durablement. Attention toutefois à choisir le bon métier et la bonne spécialité.

  • Sécurité

La police, les pompiers, l’armée sont garants de la sécurité des populations dans un contexte de menace terroriste. Ils restent des métiers porteurs.

  • Secteur public

Les fonctionnaires des collectivités territoriales et de structures telles que la CPAM ou la CAF se sont avérés essentiels pour aider la population à faire face aux difficultés de la crise sanitaire. Toutefois, les recrutements de fonctionnaires dans le cadre de concours restent limités. Les postes de contractuels sont plus nombreux.

Nous espérons que ces données récentes ont pu vous éclairer sur votre avenir professionnel. Toutefois, si vous envisagez de changer de métier il est préférable dans ce contexte de crise, de s’adjoindre les conseils d’un expert en gestion des carrières pour éviter les erreurs fatales. La démarche de bilan de compétences permet d’enrichir et de valider le réalisme d’un projet professionnel.  Voir nos offres.

 

Partager sur