La lettre de motivation, un appui efficace à la recherche d’emploi

lettre de motivation

À l’ère des réseaux sociaux et des échanges d’idées en 140 caractères, la lettre de motivation a-t-elle encore sa place, ou faut-il la ranger au placard des objets démodés ? Bien que jugée obsolète par certains, nombre de professionnels du recrutement apprécient de recevoir, en plus d’un CV, une lettre de motivation lors d’une candidature.

Bien entendu, pour constituer une plus-value à votre candidature, votre lettre de motivation ne doit pas être un texte standard sans âme, ou se contenter de répéter votre curriculum vitae. Au risque d’affaiblir votre candidature, votre lettre doit vraiment attirer l’œil du recruteur qui n’a généralement pas beaucoup de temps à consacrer à chaque candidature lors du premier tri – on parle même d’écrémage. Ce dernier ne passe guère plus de 20 à 30 secondes sur chaque candidature avant de décider s’il va ou non étudier plus avant votre dossier (lisez également notre article « Mon Cv en haut de la pile »).

Une lettre de motivation bien rédigée augmente vos chances d’entrer dans le processus de sélection, sous réserve d’en respecter les codes. C’est bien entendu un des points que nous travaillons avec nos clients en bilan de compétences, notamment dans le cadre d’actions de reconversion.

 Rédiger sa lettre de motivation en 3 parties

 Même s’il n’existe pas de courrier type parfait, n’oubliez jamais que vous écrivez d’abord pour être lu et compris par votre lecteur. Ça vous semble évident ? Et pourtant combien avons-nous reçu de lettre où le candidat nous parle de lui, de lui et encore de lui, car après tout c’est tellement mieux comme ça… pour lui.

Inutile de raconter votre vie, ce n’est pas un roman que vous adressez au recruteur, qui ; même si elle est passionnante, n’aura de toute façon pas le temps de la lire.

Pour présenter votre lettre de motivation, nous vous conseillons une articulation en trois parties : vous, moi, nous. « Vous » étant le recruteur ou l’entreprise qui recrute, « moi » étant le rédacteur et par conséquent le candidat et « nous » le futur couple candidat-entreprise.

La lettre de motivation commence par « Vous »

 Nous tous humain, alors, parlez-moi de MOI, ça m’intéresse ! Sans tomber dans la flatterie une ou deux phrases sur l’entreprise qui recrute, montre que vous ne candidatez pas au hasard. Vous montrez que vous êtes un candidat sérieux qui a pris soin de faire quelques recherches. Ainsi votre candidature n’est pas stéréotypée. Les lettres d’accompagnement qui ne sont que des formules de politesse n’ont aucun intérêt et font perdre du temps au recruteur. A mon sens, mieux vaut ne pas joindre de lettre à votre C.V. plutôt qu’attacher une mauvaise lettre, sans motivation réelle, ni conviction.

La deuxième partie parle de « Moi »

 C’est là qu’il faut sortir un ou deux éléments de votre CV et les développer. Il ne s’agit pas de le recopier. Vous devez attirer l’attention du recruteur et lui apprendre quelque chose de nouveau et souligner ainsi que vous êtes un candidat unique et intéressant.

Par exemple : « Ingénieur spécialisé dans les énergies renouvelables, j’ai également eu l’occasion de démontrer mes qualités d’organisateur et de chef de projet lors de l’intégration de cette nouvelle activité chez ABC. J’attire votre attention sur cette double compétence car je souhaiterais intégrer votre entreprise pour consolider ces acquis et l’aider à développer son nouveau département ».

À l’inverse, voici un exemple d’un paragraphe qui n’est qu’une redite d’un résumé professionnel. Le recruteur n’apprend rien de plus. « Après ma formation à l’Université XX en juin 2019, j’ai effectué un stage de 6 mois dans la Société YY. Après j’ai fait un CDD dans la société ZZZ, jusqu’en mai 2020. Votre société me semble parfaite pour continuer à développer mes compétences ».

 « Nous » en troisième partie

 Tout comme dans une démonstration, la troisième partie d’une lettre de motivation est en quelque sorte l’aboutissement logique de ce qui précède. On pourrait résumer en « vous êtes … et vous cherchez … », « pour ma part j’ai fait ceci et envie de faire cela », donc, troisième partie, « voilà pourquoi nous avons intérêt à nous rencontrer ». L’exercice permet de montrer à l’entreprise ce que vous pouvez lui apporter. Vous répondez aux critères techniques et en plus vous avez envie de vous investir dans l’organisation. Vous vous voyez travailler dans l’entreprise, et le recruteur vous imagine bien occuper le poste à pouvoir. En tant que recruteur, je vais avoir envie de pousser un peu plus loin l’examen de votre candidature et de votre personnalité.

Soyez modeste et sachez prouver vos compétences plutôt que les affirmer.

 Vous avez des capacités, vous êtes convaincu de votre valeur. Bien ! Mais vous n’êtes pas le/la seul(e). Voici deux exemples de phrases qui desservent des candidats, sans doute de valeur, mais qui se cantonnent à affirmer plutôt qu’à démonter leur compétence :

« Vous êtes sans doute à la recherche de profils de spécialistes diplômés comme moi d’écoles prestigieuses (…) ».

« Grâce à mon cursus de haut niveau, je pourrais vous apporter mon savoir-faire dans la mise en place d’une stratégie commerciale élaborée et novatrice, qui pourra ensuite être transposée sur le plan opérationnel dans votre organisation(…) ».

Donnez un bon exemple chiffré qui parle pour vous.

 Donnez des exemples concrets et si possible chiffrés. Montrez que vous n’avez pas adressé votre candidature au hasard, vous connaissez l’entreprise à qui vous vous adressez. Vous êtes l’homme/la femme de la situation.

« Votre rachat de la société X vous a permis de prendre une place prépondérante sur votre marché. J’ai moi-même à une fusion absorption de trois entreprises concurrentes, ce qui nous a permis de réduire les couts de structure de15% (…) ».

 Personnaliser et valoriser votre candidature

 Avec votre CV vous présentez votre parcours, votre formation, vos diverses expériences et met en avant vos compétences acquises. Pour sa part, le courrier de candidature permet de valoriser ce qui n’apparait pas dans votre CV. C’est l’occasion de souligner, à travers des exemples ou des réalisations, des compétences qui peuvent correspondre à ce que le recruteur recherche.

Certains postes vont nécessiter plus particulièrement un sens du service développé, ou bien une forte créativité … à vous d’illustrer votre savoir-être par quelques exemples. Notamment, si vous animez un club de sport, avez créé une association dans votre commune, n’hésitez pas à en faire part pour souligner votre capacité de management et votre esprit d’initiative. Au-delà des connaissances techniques, les recruteurs s’intéressent aussi aux « soft skills ». Par exemple, la capacité à savoir penser collectif ou à renforcer la cohésion à une réelle valeur et peut faire la différence lors du choix entre deux candidats.

Et pour conclure ?

Pour terminer, ajoutez simplement une formule de politesse. Restez classique et préférez la sobriété à l’originalité.

« Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées. » ou « Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à ma considération distinguée. »

Une dernière chose, avant d’envoyer votre dossier, vérifiez l’orthographe. Vous êtes un(e) pro. Inutile de gâcher une candidature pour quelques fautes d’orthographe.

Si vous ressentez le besoin de vous faire aider dans ces démarches de recherche d’emploi, contactez-nous.

Partager sur