Tendances du marché du travail après le confinement : quel métier choisir ?

Qui aurait pu prévoir il y a seulement trois mois autant de bouleversements à l’échelle de la planète. Nous n’avions pas vu venir ce séisme auquel peu d’entreprises étaient préparées. De nombreux secteurs se trouvent à l’arrêt, paralysés par une situation inédite. Le constat est saisissant : l’automobile, la construction, le transport aérien ne fonctionnent plus ou presque plus. Le tourisme, les cafés hôtels restaurants, une partie de la distribution ont été contraints de fermer boutique. Certains secteurs de l’économie qui ne sont pas considérés comme essentiels sont au plus mal.

Les mesures sanitaires rendues nécessaires pour lutter contre la pandémie ont eu de terribles conséquences sur le marché du travail. Aux Etats Unis, quelques 40 millions de travailleurs ont perdu leur emploi du jour au lendemain. En Europe, et particulièrement en France, les mesures de chômage partiel ont permis d’amortir le choc sur les salaires pendant la période de confinement.

Même si ce n’est pas encore terminé, cette crise aura une fin. En dépit des difficultés, la machine économique va progressivement retrouver de la vigueur. Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’expérience laissera des traces et nous connaîtrons de nombreux changements dans nos habitudes de vie, de consommation, ou nos méthodes de travail. Afin de vous guider dans votre recherche d’un emploi, d’une reconversion ou d’une évolution professionnelle, voici nos constats.

Le marché du travail va changer

La crise du Covid a mis en lumière des activités et des métiers dont l’intérêt vital pour la société était négligé voire ignoré. Dans le domaine de la santé et des soins à la personne, bien sûr, mais également dans la production alimentaire, la distribution, la logistique, le transport de marchandises, le nettoyage et l’assainissement. Toutes ces activités pour lesquelles le travail physique reste essentiel. Ces métiers ne sont pas toujours envisageables dans le cadre d’une reconversion car ils nécessitent une bonne condition physique. De plus, dans le cadre d’une deuxième partie de carrière, les salaires et les conditions de travail divergent parfois des attentes des demandeurs d’emploi. Les entreprises de ces secteurs devront donc travailler sur leur offre pour s’adapter aux souhaits des profils disponibles sur le marché du travail et attiré plus de jeunes.

A l’inverse d’autres métiers basés davantage sur un travail intellectuel ont pu continuer à fonctionner à distance avec plus ou moins de facilité en fonction des lieux de résidence et des situations familiales des uns et des autres. Les employeurs ont maintenant un effort de formation particulier à réaliser pour que les salariés apprennent à utiliser les outils de visioconférence et de travail collaboratif en ligne et à manager à distance. Les salariés qualifiés et expérimentés dans le domaine du télétravail ont développé des compétences qui vont intéresser les entreprises.

Comment s’adapter au travail à distance ?

Le travail à distance pourrait devenir la norme. Même ceux pour qui le contact personnel est important doivent changer leurs méthodes de travail car le contact physique lors d’une pandémie a montré sa dangerosité. Certains, comme Acérola Online, centre de bilan de compétences en ligne ou Jobsora spécialiste de la recherche d’emploi en Europe, ont fait du digital leur marque de fabrique.

De fait, le marché du travail évolue rapidement et beaucoup ne semblent pas reconnaître ce fait. Par exemple, l‘éducation des jeunes générations est un investissement indispensable à une nation. Au regard de cette priorité, on peut s’interroger sur la fraîcheur des méthodes employées par l’institution en charge de cette mission. Pourtant le nombre de solutions innovantes ne cesse de croître. L’association ED Tech France qui regroupe plus de 250 entreprises spécialistes de l’éducation digitale, est le témoin de la vigueur de l’innovation dans ce domaine. C’est pourquoi nous conseillons à chaque salarié dont l’emploi peut s’exercer à distance de se former aux nouvelles technologies. Cette compétence va devenir indispensable.

Quelle transformation de l’emploi ?

Les changements sont de plus en plus brutaux comme le prouve la survenue de la pandémie et les compétences mises en œuvre par les travailleurs vont devoir évoluer encore plus vite pour leur permettre de s’adapter. Nous serons tous, un jour ou l’autre amenés à changer de métier mais sans diplôme ou formation professionnelle, la tâche sera de plus en plus difficile. Des solutions existent comme le Compte Personnel de Formation (CPF) qui représente un budget utile à tous les actifs pour leur formation. Pour plus d’informations, lisez notre article « Le CPF et la cagnotte oubliée ».

Un autre changement majeur mis en évidence à l’occasion du confinement concerne la bonne gestion du travail pour ceux qui l’exerce à distance. En effet la référence à une période de travail quotidienne ou hebdomadaire tend à s’estomper parce que les travailleurs sont connectés en permanence. Cette porosité entre temps de travail et vie personnelle qui grandit, peut nuire à terme à la qualité du travail et au bien-être en général. Des limites doivent être fixées. Si les grands groupes mettent en place des accords en ce sens, les PME et les travailleurs indépendants ne doivent pas négliger ce point, sans quoi le nombre de burn-outs risque de croître. Les qualités d’organisation et d’autonomie sont primordiales dans ces conditions et feront partie des attentes des employeurs.

Quel métier pour une reconversion ?

Au cours des dernières années, de nombreuses études pour comprendre le marché du travail, ont parié sur une automatisation accrue et le remplacement de l’homme par les robots. C’est à la fois vrai et faux.

La place des robots tend en effet à se développer et elle s’accompagne d’une augmentation de la demande des entreprises dans les métiers de la conception et de la maintenance de ces équipements.

Une autre illustration concerne le service à la personne. Jusqu’alors peu équipé, les employeurs vont devoir acquérir des robots et autres objet connectés pour suppléer le manque de personnel qualifié, réduire la pénibilité du travail et gagner en productivité. Pour une reconversion professionnelle il est donc judicieux de penser aux métiers à caractère technique et aux métiers de l’ingénierie.

La robotisation est certes une tendance, mais qui ne saurait supplanter le besoin d’humain. Le confinement à travers diverses manifestations de la population (applaudissement des soignants, besoin d’échanges à travers les réseaux sociaux…) montre un fort besoin de contact et d’intelligence émotionnelle. Les métiers des services à la personne devraient continuer leur progression mais avec des contraintes sanitaires plus fortes, des protocoles à respecter nécessitant probablement de nouvelles qualifications.

Difficile de dire quels seront les métiers porteurs dans 10 ou même 5 ans, tant les incertitudes sont grandes. Néanmoins quelques grandes tendances se dessinent.

Transformation numérique

Déjà évoqué plus haut, la transformation numérique du monde va s’accélérer. L’avènement de la 5G va rendre accessible à tous l’information et de nombreux services en ligne. Cela permettra aux entreprises d’accomplir les travaux plus rapidement et avec plus de flexibilité. Les métiers directement liés à la mise en place de cette nouvelle technologie vont connaitre un fort dynamisme. Ainsi les entreprises en charge de la construction et de la maintenance des réseaux vont accroître leurs recrutements.

Le secteur de la santé va devoir aussi embaucher, ne serait-ce que pour compenser la vague de départ à la retraite des baby-boomers et en prévision de nouvelles pandémies. La priorité devrait être mise sur les postes opérationnels en contact avec les malades.

Réduction des déplacements d’affaires

La qualité des outils numérique rend les voyages d’affaires de moins en moins nécessaires. Outre le coût direct de ces déplacements, c’est un gain de temps considérable que les entreprises vont pouvoir réaliser. Sans totalement disparaître, les déplacements d’affaires vont connaitre une décrue significative. Les entreprises qui vivaient jusque là de cette manne vont devoir repenser leur modèle économique. Hôteliers, restaurateurs, loueurs de voiture, transporteurs aériens vont devoir se réorganiser pour continuer à exister. Il y aura probablement de moins en moins d’offres d’emploi dans ce domaine et les salariés de ces secteurs devront opérer une reconversion.

Réduction des coûts fixes

Le Covid va conforter les entreprises agiles, celles qui auront su adapter leur mode de fonctionnement et réduire leurs dépenses. Il y a fort à parier que les organisations vont chercher à alléger les structures et simplifier les organigrammes. Afin de gagner en souplesse, elles augmenteront la part de production sous-traitée. La place du travail à domicile devrait également augmenter et se pérenniser. En libérant ainsi un grand nombre de m2 de bureaux devenus inutiles, les entreprises vont réduire leurs charges fixes et gagner en flexibilité. Les agents immobiliers spécialisés en immobilier d’entreprise ainsi que les centres d’affaires risquent de connaitre des jours difficiles.

Au final, il n’est pas facile de dire quels seront les métiers gagnants et les métiers perdants suite au confinement. Une chose est certaine, c’est que nous devons avoir à l’esprit que nous serons en reconversion professionnelle permanente. Ce qui est important pour chacun, outre le choix d’un « métier porteur », est le choix d’un métier porteur de sens pour soi.

Pour en savoir plus, lisez « Mieux se connaître pour une reconversion professionnelle réussie ».

 

Partager sur