Un emploi grâce au bilan de compétences pour eux aussi

S’il était encore nécessaire de se convaincre de l’utilité du bilan de compétences, quoi de mieux que de demander leur avis à ceux qui ont déjà suivi cette démarche. Dans le prolongement de notre article « ils ont trouvé un emploi grâce au bilan de compétences », nous avons demandé à quelques-uns de nos clients de partager leur expérience. Certains ont opéré une complète reconversion, d’autres ont changé et retrouvé un emploi dans un domaine plus ou moins proche de leur environnement initial. Voici leur histoire :

Rebondir après une démission

Eléonore, qui devait s’installer à l’étranger après son mariage mais dont le départ a été compromis par le coronavirus. Ayant démissionné de son poste de chef de projet aménagement mobilier, un domaine très particulier, Eléonore trouvait peu d’opportunités sur le marché de l’emploi. Elle envisageait d’élargir son champ de recherche, voire de changer de métier. « Grace à mon bilan de compétences, j’ai appris à utiliser mon réseau et à me présenter de manière efficace ». Un concurrent de son ex-employeur lui a proposé un nouvel emploi dès le début de son bilan de compétences. Pour profiter pleinement du bilan de compétences, Eléonore a réfléchit à la suite de sa carrière et planifié de nouvelles étapes.

Apprendre à se vendre

Face à une situation professionnelle compliquée, il est recommandé de prendre le temps pour trouver une solution adaptée à ses aptitudes, ses envies et ses contraintes. Svenja qui était assistante dans un grand hôtel parisien, a choisi de faire un bilan de compétences « spécial reconversion » avec Acerola Online. Elle est maintenant assistante administration des ventes dans le secteur du transport de colis. Sa recherche d’emploi engagée depuis plusieurs mois était infructueuse. Le bilan de compétences l’a boostée et lui a permis de mettre en valeur plus efficacement ses qualités. Sa prise de poste est d’ailleurs intervenue pendant son bilan de compétences et lui a permis de sortir d’un secteur d’activité cruellement touché par la crise sanitaire.

Choisir un métier porteur

Le métier d’assistante ne convenait plus à Camille. Pendant son bilan de compétences, parmi les postes à pourvoir elle a choisi de s’orienter vers la paie pour acquérir une certaine stabilité. Ce métier étant porteur, cette orientation professionnelle lui donnait l’assurance de trouver facilement un emploi. Pour sa reconversion, Camille a d’abord obtenu un financement de sa formation auprès de Transition Pro (ex Fongecif) en constituant son dossier avec l’aide de sa consultante. A l’issue de son stage, elle a été embauchée en CDI.

Retrouver un emploi même à 50 ans

Armando qui était directeur logistique et avait 50 ans lors de son licenciement ne croyait pas pouvoir retrouver un poste à sa mesure si facilement du fait de son âge. Mais cela a été le cas seulement un mois après la fin de son bilan de compétences. « Le travail préparatoire sur mon positionnement professionnel mené avec ma consultante m’a permis de gagner un temps précieux ». 

Enfin, Sylvia, manager dans une compagnie d’aviation et en chômage partiel, se trouvait en difficulté du fait de l’amputation d’une partie de sa rémunération. Elle était aussi très inquiète quant à son avenir dans ce secteur d’activité. Travailler sur un projet de reconversion en cas de licenciement était son souhait mais de manière plus urgente, elle avait besoin d’obtenir un complément de revenu. C’est pourquoi, en bilan de compétences, sa consultante lui a permis d’élaborer une stratégie de recherche d’emploi efficace. Elle est maintenant enchantée d’avoir trouvé un poste de vendeuse à temps complet en CDI dans une boutique.

Si comme Armando, Syvia, Camille ou Eleonore vous avez besoin de dynamiser votre recherche d’emploi, pensez au bilan de compétences

Lisez également notre article « Évolution du marché du travail fin 2020 : quel métier choisir pour sa reconversion »

Partager sur